Test de Child of Light

L’éditeur se lance une nouvelle fois dans le monde du RPG en nous offrant cette fois-ci un jeu développé par une petite équipe. Le rendu est-il pourtant impacté ? L’aventure est-elle dépourvue de sens et le gameplay manque-t-il d’originalité ?

Ayant pré-commandé le jeu, j’ai pu avoir en ma possession une édition collector. Celle-ci contient un porte-clef à l’éfigie de la petite luciole (Igniculus), un artbook, un poster dessiné par Yoshitaka Amano, des codes de téléchargement et… c’est tout ! Le jeu n’est malheureusement pas disponible en version physique, il nous faut le télécharger. Pour le prix du jeu, nous n’allons pas trop nous plaindre.

Tout commença par la mort du personnage principal, la princesse Aurora. Son père s’effondre dans une grande dépression. Alors qu’il ne le sait pas, sa fille se réveille dans un monde inconnu, Lémuria. Ce nouvel environnement lui permettra de cotoyer de nouveaux amis mais également des monstres tout aussi effrayant les uns que les autres. A quelques minutes de son périple, notre amie fera la rencontre d’Igniculus, une petite luciole qui lui permettra de la guider dans l’obscurité. Votre but sera bien sûr de retourner dans votre monde et d’aider votre père.

child of light - gameplay

Grâce à vos alliés, vous pourrez avancer dans l’histoire avec des combats au tour par tour mélangeant attaques basiques et magies. Pendant le combat, vous pourrez au maximum être à 2 personnages contre 3 monstres. Bien sûr, il vous sera possible d’alterner comme bon vous semble vos protagonistes. Chacun étant spécialisé dans un domaine particulier. Le système de combat est relativement bien poussé pour ce projet. A chaque combat, vous gagnez des points d’expérience qui vous permettront de gagner en level-up. A chaque nouveau niveau, vous gagnez un point de compétence. Ce point peut-être utilisé sur une grille de compétences, à vous d’agir comme bon vous semble pour attribuer des points de magie, des points de vie, de la force, de nouvelles compétences, etc. Vos personnages peuvent avoir des équipements. Pendant votre aventure, vous aurez la possibilité de récupérer des fragments. Ces objets pourront être fusionnés via de l’alchimie afin d’en créer de nouveau de plus en plus puissants. Ces fragments pourront être équipés sur vos alliés en prenant en compte l’attaque, la magie et la défense. Ainsi, votre arme pourra disposer d’un bonus de feu par exemple.

Concernant la liberté du jeu, la carte est divisée en plusieurs zones. Il vous est possible changer de lieu en visitant la carte du monde et donc de revenir dans n’importe quelle zone à n’importe quel moment. La trame n’est pas linéaire, vous pouvez choisir un lieu plutôt qu’un autre sans problème. Libre à vous d’agir comme bon vous semble surtout qu’il vous sera possible de voler.

Côté graphisme, le style 2D est loin d’être un point négatif. Le relief et les couleurs sont très bien réalisés. Lors des combats, les effets spéciaux sont sympathiques sans être exceptionnels.

Le point important du jeu reste la bande originale et le fait d’avoir tourné les dialogues de manière poétique. Chaque parole est composée de rimes. Certains personnages, en particulier un, ne parle pas en rime et se fera toujours reprendre. Une petite dose d’humour.

Test de Child of Light

9.4

Graphisme

9/10

    Jouabilité

    10/10

      Bande-son

      10/10

        Scénario

        9/10

          Durée de vie

          9/10

            Pros

            • Les combats au tour par tour
            • La bande originale sublime
            • Le côté poétique du jeu
            • Le côté 2D bien géré

            Cons

            • Le fait de ne pas avoir le jeu en version physique
            • La durée de vie même si celle-ci reste quand même satisfaisante

            Laisser un commentaire

            Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *